« Organiser de manière pragmatique et transparente le processus d’inscriptions, l’objectif premier du décret inscriptions » Vraiment ?

Communiqué de presse du 02 octobre 2018 de l’asbl ELEVeS

Chaque année à partir du 30 septembre, plus aucune école de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne peut accepter d’inscription sans dérogation. Les fanfaronnades du 27 septembre achevées, les questions posées de longue date au gouvernement de la Fédération sont toujours sans réponse.
L’ASBL ELEVeS dénonce le mutisme et le manque de transparence du gouvernement face à la souffrance et à l’incompréhension des familles. Tous nos concitoyens ont le droit d’obtenir une réponse à ces questions, maintes et maintes fois posées:

  • Qu’en est-il des 214 enfants victimes du décret inscriptions, un mois après la rentrée scolaire?
  • Quelles mesures concrètes le gouvernement a-t-il mises en place pour accompagner les enfants sans école et leur permettre d’accéder à un établissement dont il garantisse la qualité?
  • Quels sont les indices ISEF des enfants sans école après la rentrée?
  • Quelles sont les communes d’origine des enfants sans école après la rentrée?
  • Quels sont les types d’écoles recherchées par les parents des enfants sans école après la rentrée?
  • Qu’est-ce qui incite les parents à rejeter l’inscription dans certaines écoles bien précises?
  • Quelles sont les caractéristiques des écoles refusées?
  • Quelles sont les actions menées par les autorités responsables et les équipes sur le terrain pour induire un changement qui permette de rencontrer les critères des familles?
  • Quel choix ces familles finissent-elles par poser?
  • Quels sont les critères et arguments qui motivent ce choix?

Après dix ans de saga « décret inscriptions », il faut se rendre à l’évidence: aucun parent, aucun citoyen ne peut accepter l’absence d’accompagnement structurel réellement destiné à aider les enfants sans école à trouver une place dans un établissement qui réponde aux attentes pédagogiques tant d’eux-mêmes que de leurs parents.
L’asbl ELEVeS se doit de dénoncer les pressions exercées par la CIRI pour forcer les parents à inscrire leurs enfants n’importe où. Il est tout aussi inadmissible que la majorité PS/CDh continue à s’appuyer sur l’équation fallacieuse « un enfant égale un enfant, une école égale une école, donc toute école convient à n’importe quel enfant » pour justifier sa politique d’inscriptions violente. À la veille du scrutin électoral, chaque parent est en droit d’attendre non pas des promesses, mais des actes:

  • Il est impératif de procéder à une évaluation neutre, objective et complète du processus d’inscriptions en 1ere année du secondaire ;
  • Sur la base du résultat de cette évaluation, il conviendra de refonder les bases du décret inscriptions afin qu’il respecte les besoins des familles.

L’asbl ELEVeS ne peut qu’inviter les acteurs politiques à prendre à bras-le-corps leurs responsabilités.
Elle enjoint le gouvernement de refonder le processus d’inscriptions en partant de l’acte éducatif,
pour que lui-même, ainsi que chaque établissement scolaire, méritent la confiance des familles.

0 shares